Auteur/autrice : Anne Burg

Page d’écriture…

 

 

L’écriture du paysan

 


5 mai 1821 : mort de Napoléon à Sainte – Hélène

À la fois l’un des personnages préférés des Français,

créateur du code civil, du baccalauréat, de la Légion d’honneur,

Napoléon est aussi l’un des plus controversés pour son action au pouvoir entre 1799 et 1815,

avec notamment le rétablissement en 1802 de l’esclavage mais aussi de nombreuses guerres.

En ce jour commémoratif de la mort de Napoléon,

je vous invite à écouter

« L’Exilé »,

une courte pièce de Nathalie Béra-Tagrine.

Au piano, Ling Yun, une de mes élèves.

 


Dérouler le tapis rose

 

 

La beauté des choses est dans l’oeil de celui qui les voit.

Elle peut surgir à tous les coins de rue,

se faufiler en chacun de nos objets quotidiens,

pourvu que nous soyons disposés à la voir.

Trinh Xuan Thuan


Couleurs

 

 

Si toute vie va inévitablement vers sa fin,

nous devons durant la nôtre,

la colorier avec nos couleurs d’amour et d’espoir.

Marc Chagall

 

 

La nature, trésor inépuisable des couleurs et des sons, des formes et des rythmes,

modèle inégalé de développement total et de variation perpétuelle,

la nature est la suprême ressource.

Olivier Messiaen

 


Banales gouttes de pluie ?

 

 

Ou merveilleuses perles naturelles ?

 


Petite pluie bienfaisante

 

La tige des tulipes s’est inclinée très bas, comme les courtisans au passage de leur maître.

Le roi-soleil est absent ces jours-ci. Les fleurs sont quand même prêtes à l’accueillir, au cas où.

Christian Bobin

 


Tenir bon

 

Fleurir malgré les blessures

 


Dans la douceur du soir

 

 

À l’heure où tombe la lumière

Cueillir un grand morceau de soleil

Nourriture pour la nuit

 


Soleil bienfaisant

 

« C’est beau un arbre dénudé; il laisse passer la lumière. »

Denise

« Contempler, c’est être là, disponible

 et se laisser envelopper

 par la présence de ce qui est.

 Ce qui apparaît alors est très différent.

L’arbre a une formidable puissance,

une majesté silencieuse qui remplit l’espace

 et s’élance vers le ciel.

Une présence qui plonge dans la terre

 et dont la pensée ne peut avoir la moindre idée,

 à moins qu’elle ne se taise pour un moment.

 L’arbre est alors réellement ressenti

comme une individualité vivante

et chaque arbre est différent d’un autre

 et possède sa propre présence.

Sentir cela de toutes les fibres de son être

est tout à fait autre chose que de le penser. »

 

Serge Carpentan

(Sur la contemplation esthétique)


Écouter la vigne pleurer

 

 La vigne pleure de joie

 

 

ça y est, le printemps est vraiment là !

 

 

Réjouissons-nous !


L’amour est le printemps du cœur…

et le printemps a mille et mille fleurs.

Alexandre Dumas (La princesse Flora)


Ecouter l’arbre chanter


En allant chercher son pain…

 

 

s’arrêter longuement pour admirer les tulipes

 

 

En faire une cueillette virtuelle

 

 

et l’offrir en partage

 


Douceur printanière

 

 

 


Calices