Mois : février 2019

La nuit n’est jamais complète

 

La nuit n’est jamais complète.
Il y a toujours puisque je le dis,
Puisque je l’affirme,
Au bout du chagrin,
une fenêtre ouverte,
une fenêtre éclairée.
Il y a toujours un rêve qui veille,
désir à combler,
faim à satisfaire,
un cœur généreux,
une main tendue,
une main ouverte,
des yeux attentifs,
une vie : la vie à se partager.

Paul Éluard. (1895-1952).

Tomi Ungerer, « essentiellement alsacien et fier de l’être »…

Il y a des mots qui marquent pour la vie,

des mots qui aident à grandir.

Merci Tomi Ungerer,

merci pour ces quelques lignes que vous avez un jour adressées à notre fille Sarah Emmanuelle !

___

__

« Je suis vraiment alsacien, j’ai mes racines en Alsace et je les ai toujours eues

mais mon branchage je le promène ailleurs, avec ses fruits. 

En fin de compte, la nourriture des racines, ma sève est alsacienne. »

« La mort ne faisait pas peur à Tomi Ungerer.

« La mort est un incident comme les autres. Je la vois comme un contrôleur des douanes :

on doit passer devant elle sans savoir ce qui nous attend de l’autre côté.

Qui sait, ce sera peut-être un énorme arc-en-ciel !

C’est quand même formidable de ne pas savoir où on va, non ? »,

confiait-il au Monde à la fin de 2016, à l’occasion d’une exposition célébrant ses 85 ans, organisée au musée qui porte son nom, à Strasbourg. »

https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/tomi-ungerer-15

Tomi Ungerer, l’enfant terrible (1/5)
Tomi Ungerer : « Le premier devoir qu’on m’a donné à l’école : dessiner un Juif »

https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/tomi-ungerer-25

Tomi Ungerer, l’enfant terrible (2/5)
Voir ailleurs

https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/tomi-ungerer-35

Tomi Ungerer, l’enfant terrible (3/5)
L’horlogerie des femmes

https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/tomi-ungerer-45

Tomi Ungerer, l’enfant terrible (4/5)
L’enfance et les sortilèges de Tomi

https://www.franceculture.fr/emissions/voix-nue/tomi-ungerer-55

Tomi Ungerer, l’enfant terrible (5/5)
Janus l’Alsacien

Tomi Ungerer par Thérèse Willer (Conservatrice du Musée Tomi Ungerer à Strasbourg)